Les données obtenues auprès de quatre vautours africains, équipés d’appareils GPS par AMPOVIS et AMPR, au centre de réhabilitation des vautours CRV Jbel Moussa entre mai et juin, sous la supervision de l’Agence Nationale des Eaux et Forets (ANEF) et avec le soutien du programme PPIOSCAN3 de l’UICN-Med, ont révélé des schémas de mouvement fascinants. Ces informations sont précieuses pour la conservation de cette espèce menacée. Les dispositifs de localisation ont permis de recueillir des informations précises sur les itinéraires de vol, les zones de disponibilité alimentaire et les comportements de prospection de ces vautours en dehors de leur zone de répartition géographique.

Au cours de la période du suivi, les vautours ont parcouru de longues distances, démontrant leur capacité à parcourir des centaines de kilomètres à la recherche de nourriture. Les données suggèrent que ces vautours visitent diverses zones, notamment les forêts et les zones agricoles. De même, ils ont montré une remarquable capacité d’adaptation à différents habitats, ce qui pourrait être crucial pour leur survie. Ces oiseaux ont été observés retournant à Jbel Moussa comme point d’alimentation récurrent et aire de repos sûre.

Le 13/06/2024, GA01 s’est dirigé vers le sud pour la première fois après son marquage. Le jour suivant, GA02 a également pris la direction sud, tandis que GA03 s’est déplacé vers la péninsule ibérique pendant une journée caractérisée par des vents d’Est modérés, considérée comme la meilleure journée pour traverser le détroit de Gibraltar depuis un mois. GA04, quant à lui, est resté fidèle à Jbel Moussa, explorant de manière extensive les environs immédiats. Cette fidélité à une zone spécifique pourrait indiquer une stratégie de minimisation des risques et d’optimisation des ressources disponibles.

Grâce à la technologie GPS, ces données fournissent des perspectives précieuses pour mettre en place des mesures spécifiques de conservation. Par exemple, établir des zones protégées le long des voies migratoires et améliorer la gestion des habitats essentiels pourraient considérablement favoriser la survie de cette espèce en danger critique. De plus, sensibiliser les communautés locales à l’importance des vautours dans l’écosystème en tant que nettoyeurs naturels pourrait encourager une cohabitation harmonieuse et durable.

Déplacements de GA01, GA02 Ga03 et GA04

error: Content is protected !!